♥ Dans les malles de Marie ♥

Pour La St Anne patronne des Dentellières

Texte en patoisTraduction en français

Le Broquelet d’autrefois
Vous volez donc que j’ vous raconte,
Comme on faitjot l’fièt’ du Broquelet ?
Vous allez m’dir’ : Ch’est un vieux conte,
On n’povot point tant s’amuser.
Ah ! Vous povez bien m’croire,
J’lai présinte à m’mémoire.
Et t’nez rien d’y pinser,
Je m’sins danser,
Malheureus’mint, J’sus cloé su’ m’ cayère,
A tout moumint j’ crains d’ dev’nir quarterière.
Au lieu qu’in ch’temps là,
Viv’ comme un p’tit cat,
J’rios, j’cantos, j’ faijos d’s interchats.
Jeune’ homme et fillettes,
L’ bon vieux temp’ est passé.
Allez, tous vos fiêtes n’vaut t’nt point l’fiêt’ du Broque’let !
On s’y pernot quinz’ jours d’avanche
Pour êt’ tertou’ au pus faraut ;
O ouvrot tard, fiête et dimanche,
Pour ramasserun p’tit mugot.
Alors les dintellières
Povot’tent faire les fières,
I’ n’ dépindot’tent point
D’un muscadin
Cha paraît fort, mais sans s’donner trop d’peien.
Un louis d’or, i gaingnott’nt par semaine ;
Aussi leurs darons
Berchott’nt les poupons,
Faijot’tent la soupe’, lavott’nt les masons.
On n’povot pus r’connoite l’ville
Quand ch’ biau jour éto’ arrivé ;
Rue’ et courette’, infin tout Lille,
D’ bouquets d’fleurs éto’ ajoulié,
On veyot des couronnes
Presque autant que d’personnes,
Au mitan d’ des cap’lets,
In écal’s d’oeués ;
Ch’étoot l’printemps, les p’tits filles comm’ les grandes,
D’ biell’s fleurs des camps, tressot’tent des guirlandes ;
In sign’ d’amitié,
L’s ouveriers filtiers
 Près des babenn’s mettott’nt des broq’lets
On n’moucot point sin né à s’manche
Cha n’impêchot point d’ête heureux,
 Après avoir bien rimpli s’panche
Les jeun’s fille’ et les amoureux,
Aïant l’bonheur su’l’ mine,
Partott’nt à la badine,
S’ pourmener au faubou,
Prop’s comme un sou
Pou’ l’s admirer et vir leu-z-air bénache,
Su’ l’ grand pavé, tout l’mond’ leu faijot plache ;
Eusse, in se r’viettiant
Marchott’nt in riant,
Autant, dansant et tout s’tortinant.
Au faubou q s’app’lot Wazemmes,
Quand i’ s’avott’nt bien pourmenés ;
Tout chés jeun’s fill’s, chés homm’s, chés femmes,
Tout joyeux, s’in allot danser
A l’ Nouvielle-Avinture
Là, montrant leu tournure,
Il ‘ avott’nt pus d’plaisi
Qu’au Paradis.
Et quand v’not l’nuit, chés garchons, chés fillettes,
In much’-tin-pot, allott’nt dins les gloriettes.
L’ temps paraîchot court,
In s’faisant l’amour,
Sans y pinser, on attrot l’jour.
L’homme l’pus r’nommé pou l’corache,
S’arot plutôt cassé les bras
Que d’ sin aller r’prinde s’n ouvrache,
Avant d’noyer Saint-Nicolas,
Ch’ n’est qu’au bour d l’huuitaine
Qu’allo’ avec peine,
Vir jéter l’ joyeux saint
Din’ un bassin.
Les grands, les p’tits, tout autour de l’rivière
Et l’ cœur saisi, versott’nt des larmes… d’bière.
Quand l’grand saint prêchot,
Bien vite on compôt :
Eun’ ! deu’ ! et tros !!! dins l’iau on l’ jétot !...
SAINT-NICOLAS n’étot point biête,
Au point d’aller s’noyer tout d’ bon ;
I’ s’contitot d’piquer eun’ tiête
Et de r’venir boire un pochon…
V’là comm finichot l’fiête.
Mais pourfaire eune om’lette,
Mes bonn’s gins, vous l’savez,
On cass’ des oeués.
Au bout d’neuf mos, pus d’eun’fille étot mère,
On s’consollot, on n’avot point d’misère…
Ch’ malheur arrivé,
Lon de s’désoler,
Avec plaisi on vantot l’Broquelet

Le Broquelet d’autrefois
Vous voulez donc que je vous raconte,
Comme on faisait la fête du Broquelet ?
Vous allez me dire : c’est un vieux conte,
On ne pouvait pas tant s’amuser.
Ah ! Vous pouvez bien me croire,
Je l’ai présente à ma mémoire.
Et tenez, rien que d’y penser,
Je me sens danser,
Malheureusement, je suis clouée sur ma chaise,
A tout moment je crains de devenir invalide.
Au lieu qu’en ce temps -là,
Vive comme un petit chat,
Je riais, je chantais, je faisais des entrechats.
Jeunes hommes et jeunes filles,
Le bon vieux temps est passé.
Allez, toutes vos fêtes ne valent pas la fête du Broquelet !
On s’y prenait quinze jours à l’avance
Pour être tous au mieux ;
On travaillait tard, fête et dimanche,
Pour ramasser un petit magot.
Alors les dentellières
Pouvaient faire les fières,
En ne dépendant pas
D’un muscadin
Ca paraît fort, mais sans se donner trop de peine.
Un louis d’or, ils gagnaient par semaine ;
Aussi leurs parents
Berçaient les poupons,
Faisaient la soupe, le ménage.
On ne pouvait plus reconnaître la ville
Quand ce beau jour était arrivé ;
Rues et courées, enfin tout Lille,
Etaient ornés de bouquets de fleurs
On voyait des couronnes 
D’écailles d’oeufs
Presque autant que de personnes
C’était le printemps, les petites filles comme les grandes
De belles fleurs des champs tressaient des guirlandes
En signe d’amitié
Les ouvriers filtiers
Se mettaient des broquelets aux lèvres
/.../


Après s’être rempli la panse
Les jeunes filles et les amoureux
S’en allaient, heureux, 
Bras dessus, bras dessous
Propres comme un sou
Se promener au faubourg 
Sur le grand pavé ;
Tout le monde leur faisait place 
Pour les admirer 
Et voir leur air joyeux
Eux marchaient, riant, dansant, se tortillant
Au faubourg qui s’appelait Wazemmes.
Quand ils s’étaient bien promenés
Ils allaient tout joyeux danser 
A la Nouvelle Aventure
Là, montrant leur tournure,
Ils avaient plus de plaisir 
qu’au Paradis
Quand la nuit venait
Garçons et filles 
Allaient se cacher dans les gloriettes
Le temps paraissait court
En faisant l’amour,
Le jour arrivait sans y penser
L’homme le plus courageux 
Se serait cassé le bras
Plutôt que de retourner au travail
Avant de noyer Saint-Nicolas
Ce n’était qu’au bout de huit jours
Qu’on allait voir 
Jeter le joyeux saint
Dans un bassin
Les grands, les petits, tout autour de la rivière
Le cœur saisi, versaient des larmes… de bières
Quand le grand saint prêchait
Bien vite on comptait
Une, deux, et trois !!
On le jetait dans l’eau 
Saint-Nicolas n’était pas bête
Au point d’aller se noyer
Il se contentait de piquer une tête
Et de revenir boire un coup
 Voilà comment finissait la fête
Mais pour faire une omelette
On casse des œufs
Au bout de neuf mois plus d’uen fille était mère
On se consolait. 
Ce malheur arrivé,
Loin de se désoler
Avec plaisir on vantait le Broquelet

Deux autres textes de Desrousseaux évoquent cette fête (extraits traduits en français)

.                                                                  

                                                                                   Je ne suis pas très présente Sur mon blog mais pas évident de mettre à chaque fois quelque chose de nouveau 

mon coussin de Mariage

Posté par framacesar à 11:10 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Pour La St Anne patronne des Dentellières

  • Très beau texte sur la dentelle ! J'avoue l'avoir lu en "Français", mon patois ch'timi étant très limité ! Bonne fête à toutes les dentellières !
    Amitiés et gros bisous, liseron

    Posté par liseron, 26 juillet 2019 à 19:17 | | Répondre
  • moi aussi je l ai lu en francais car en ch ti il me manquait l essentiel : L ACCENT - meilleures pensees et gros bisous - mano

    Posté par mano, 27 juillet 2019 à 07:30 | | Répondre
  • merci pour ce joli texte

    Posté par Lilirose63, 27 juillet 2019 à 08:29 | | Répondre
Nouveau commentaire